Même pas peur

Le Podcast qui t'aide à gagner en sérénité et en liberté
et t'accompagne dans ton développement personnel.

Episode 026
Dépasser la peur du changement

Chaque semaine, je te propose de partir en quête d’inspiration, d’outils, de décortication des émotions,
pour gagner toujours plus en sérénité et en liberté.

Je te souhaite une bonne écoute ♥

LOGO du podcast meme pas peur
Épingle cet article sur Pinterest pour le sauvegarder

E026 – Dépasser la peur du changement

Dans cet épisode, on s’attaque à la peur du changement ! 

Bien que parfois on sente que ça nous ferait grand bien de changer des choses dans notre façon de vivre, dans notre quotidien,

il paraît plus sécurisant et confortable de poursuivre le chemin familier. C’est parce que, rappelons le, le cerveau est feignant et préfère ce qui va lui demander le moins d’effort.

A la source de la peur du changement, on peut distinguer deux peurs fondamentales : la peur de la mort et la peur de souffrir. Voilà rien que ça !

C’est en fait très fortement lié à d’autres peurs qui en découlent, et notamment la peur de l’inconnu…. enfin… surtout la peur de lâcher le connu en fait. On va y revenir d’ailleurs, sur cette notion de deuil que ça demande.

C’est pour cela qu’oser changer peut-être si difficile.

Parce que ça nous demande de lâcher le connu. Au moins un petit peu.

Mais pour accéder à davantage de sérénité et de liberté, il est nécessaire d’opérer des changements, parfois profonds, dans la vie quotidienne, le comportement, ou les pensées.

C’est vrai que le changement n’est jamais une étape facile de la vie.

L’appréhender et en avoir peur est un processus normal de protection et de défense psychologique.

Pourtant, je voudrais attirer ton attention sur le fait qu’il n’est pas toujours nécessaire d’attendre la souffrance pour changer et accéder au bonheur. Je dis ça parce qu’il n’est pas rare, dans les échanges que je peux avoir, qu’on me parle d’un changement survenu après un gros traumatisme, un burn out, une dépression, une rupture brutale volontaire ou involontaire. Je suis aussi passée par là, je sais combien le changement subi en quelque sorte, celui qui devient nécessaire, vital, qui se met en place quand finalement il devient plus facile de changer que de supporter l’existant, que de vivre dans le connu,

je sais combien ce changement là peut être bénéfique. Mais bon sang, … est-ce que vraiment, il n’est pas possible d’opérer ce changement AVANT de vivre tout ça ?

Bon alors, c’est quoi la peur du changement ?

C’est en fait un mécanisme de défense psychologique naturel

qui permet de conserver ce qui est acquis, et nous protège de ce qui est imprévisible ou dangereux.

Oui, tu te souviens, notre cerveau a pour fonction principal d’assurer notre survie, et pour tout ce qu’il ne peut pas caser comme étant “sécurisé”, il nous envoie des alertes.

A tel point que, même en cas de souffrance psychologique ou de mal-être, l’esprit est capable d’accepter et de faire des compromis pour éviter le changement tant redouté.

Et qu’est-ce qu’on peut faire face à cette peur du changement ?

La 1ère chose, avant qu’on essaie de comprendre les différentes étapes par lesquelles on va passer lors d’un changement,

ce qui m’apparaît essentiel de prendre conscience, c’est qu’inévitablement, en fait : La vie est changements.

on l’a d’ailleurs abordé dans l’épisode 24 avec Hélène Halgand

Nous sommes continuellement en train, de nous adapter à des changements de saison, et à tout un tas de cycles dans lesquels on est embarqués, et donc aux changements qu’ils entraînent, intérieurs et extérieurs à nous. Donc, on a, naturellement, la capacité de s’adapter au changement. On sait faire.

Il est même impossible de vivre sans changement : c’est le propre de l’évolution.

Toute notre vie, on en a fait l’expérience. On change d’école, on change de job, on change de téléphone, de partenaire ou d’habitudes…

Et quand on parvient à vivre ces changements, ils deviennent des occasions de nous développer, de grandir et de nous épanouir.

Ensuite, pour faciliter ce changement, d’abord, il est intéressant de connaître les étapes de la transition psychologique dans un changement,

de comprendre ce qui va se passer, va nous aider à nous situer et à accepter le fait qu’il est bien normal d’éprouver des émotions comme la peur, l’anxiété, etc.

Ces étapes de la transition psychologique sont en fait semblable aux étapes du deuil.

On peut les rassembler en 3 grandes étapes du changement :

  • Rupture. Deuil d’une situation connue, par exemple de notre identité (je me définis comme ça, et défi d’embrasser une nouvelle identité professionnelle, personnelle ou corporelle même) . Lâcher prise.

Ce qui est plus ou moins difficile ici, c’est d’accepter que ce que nous avons connu dans le passé ne sera plus là, ne reviendra plus. C’est l’étape où nous devons faire des deuils, où nous devons lâcher prise. Voilà le plus grand défi. Par exemple, un changement imposé au travail nous obligera à faire le deuil de manières habituelles de travailler. La venue d’un enfant nous forcera à modifier le fonctionnement de notre couple. Une séparation ou un décès nous obligera à refaire votre vie autrement.

Résistance au changement : difficulté à faire ce deuil. Pourquoi ? Qu’est ce qui est difficile pour moi dans ce deuil à faire.

Les repères sont plus les mêmes, on romp avec nos habitudes.

  • La zone neutre : le temps de la réflexion sur soi et de la réorientation

Une sorte de flou, on sait pas trop ce qui va remplacer ce qu’on a perdu. par exemple, qu’est ce qui va remplacer un conjoint dont on vient de se séparer

Zone d’insécurité. Anxiété….

Complexe du homard, image utilisée par Françoise Dolto à propose des adolescents, mais je la trouve particulièrement bien pour illustrer cette 2ème phase : “« les homards, quand ils changent de carapace, perdent d’abord l’ancienne et restent sans défense, le temps d’en fabriquer une nouvelle. Pendant ce temps-là, ils sont très en danger »

Piège de chercher à remplacer super vite la carapace, de ne pas la laisser se former sur mesure, de chercher à combler le vide rapidement pour fuir ce sentiment d’insécurité…

La vivre pleinement, en analysant ses émotions, permet de se réorienter, de se réinventer intérieurement et d’aboutir à la transformation essentielle qui s’effectue lors de toute transition.

Ne pas la négliger cette phase et si besoin, ne pas hésiter à se faire accompagner lors de cette réflexion, ça peut faciliter la réussite de la transition et l’adaptation au changement vécu.

  • L’acceptation, un nouveau départ. Réorientation. On voit le sens de ce changement, nouveaux comportements se met en place, de nouvelles habitudes peuvent se prendre, on retrouve un peu de connu. On se replace dans l’action.

Dans la suite de l’épisode, on évoque concrètement comment dépasser cette peur ! 

Qui est derrière le micro ?

Je m’appelle Nicole, et je suis une grande émotive. 

Les émotions sont très présentes dans ma vie personnelle et professionnelle. 

Je suis photographe de famille, et j’ai à cœur de saisir les émotions générées par les liens avec ceux qu’on aime, pour qu’ils deviennent un précieux patrimoine. 

Et je suis également coach. J’accompagne dans ce contexte des passionnés à trouver un équilibre entre les émotions créatives qui proviennent de leurs tripes et de leurs coeurs, et l’indispensable casquette de chef d’entreprise. Tout un panel d’émotions, vous vous doutez bien. 

Les émotions ont contrôlé une partie de ma vie. Aujourd’hui, je cherche à les comprendre, et à partager mes réflexions et astuces, et planter des petites graines de sérénité ici et là.

Nicole Gevrey, créatrice du podcast Même pas peur, pour gagner en sérénité et liberté
Crédit photo : Caroline Liabot

Voilà donc mon intention :
partager mes pistes de réflexions, mes lectures, les outils que j'ai dénichés et qui m'ont aidés,
pour participer à un monde qui gagne en sérénité et en liberté.  

Pour aller plus loin vers la sérénité et liberté

Découvrir le coaching professionnel

pour celles qui veulent vivre sereinement de leur passion et retrouver du sens dans leur vie professionnelle.